octobre 2007

Archive mensuelle

Ce que les autres pensent de nous

Créé par le 30 oct 2007 | Dans : Non classé

Cher Frère, Chère Soeur,

Parfois il n’est pas mauvais de savoir ce que l’autre pense de toi, même si cela ne t’est pas flatteur du tout. Au fait on ne sait pas bien se regarder soi-même.

Une jeune dame, observatrice des élections pour le compte de l’Union Européenne qui a séjourné à Boende pendant la période électorale. Elle anime un blog http://raphinkabul.livejournal.com/

Voici quelques extraits de ce qu’elle dit dans son blog:

1. A propos de la paresse des gens et de la mendicité

  »Quel étonnement donc lorsque des villageois nous abordent – mon collègue et moi – en nous disant que cela fait deux jours qu’ils n’ont pas mangé alors même qu’ils poussent une cargaison. Renseignements pris, ils n’ont pas mangé de viande ou de poisson. Le pondu, feuilles de manioc bouillies, ou le chikwenge ne sont pas considérés comme de la nourriture en tant que telle, de même que les fruits, alors même qu’ils constituent la base de l’alimentation. Caprice d’un pays qui a pris l’habitude de tout recevoir, que ce soit de la jungle, de ses gouvernants ou de l’étranger. Sans introduction ni faux prétexte, le mari de la n°1 du district, le rang le plus important, me prend à part et me dit « Maman, quand tu partiras, tu me donnes quoi ? ».
Etonnement et incompréhension du major algérien de la MONUC devant tant de terres fertiles laissées à l’abandon et devant le peu de mise en valeur d’un territoire si généreux. « M’enfin, mamzille Raphaille. J’y comprends pas. Chi moi, y plit pas, ci li disert, mi on fit tout pousser. Ici, j’i comprend pas. Y pleut toujours, y a tout qui pousse et i kiltive pas ! ». Echec désespérant de l’indépendance, attitude désastreuse des dirigeants et qui se reflète sur la population. Tout argent reçu est gaspillé, dépensé en frivolité et en apparence. C’est le règne de la sape et du paraître.
Aucune notion du bien public, de la chose commune. Un exemple : les trous sur la piste nous conduisant à la mission s’aggravaient de manière spectaculaire, même compte-tenu de l’érosion. Ces trous rendaient le passage même d’une moto ou des piétons difficiles. On s’est rapidement aperçu qu’un des voisins fabriquait des briques pour sa maison. Au lieu de récupérer la terre devant chez lui, il allait tout simplement se servir sur la piste, aggravant le travail de l’érosion et pénalisant la circulation de ses compatriotes. Quand mon collègue et moi demandions si les voisins allaient se concerter pour combler les crevasses, la 1ère réponse fut « nous n’avons pas d’argent ». Quand nous faisions remarquer qu’on trouvait de la terre partout et que tous possédaient des outils, un hochement d’épaule fataliste accueillit cette constatation « Les Blancs vous savez. Nous, Maman, on sait pas ». Les trous se trouvaient toujours là à notre départ.
Une multitude d’exemples similaires existent et posent un problème à la personne que je suis. Par leur attitude, les habitants poussent au paternalisme alors même que je suis arrivée dans ce pays en voulant en éviter les pièges. C’est frustrant et démoralisant. Il serait aisé, sans doute trop, d’expliquer ces attitudes par la seule colonisation, de faire vouloir faire porter la responsabilité de tous les maux du Congo aux colonisateurs passés et présents. Le fardeau de l’homme blanc est à terre depuis longtemps, c’est désormais celui du continent africain et de ses dirigeants, et il me peine de dire qu’ils ne le portent pas mieux, sinon moins bien que les « civilisateurs » belges ou français. Actuellement, pas de leaders, pas de dirigeants qui ne soient obnubilés par autre chose que leur profit personnel, la consommation à outrance, se conformant ainsi à l’idéologie en vigueur. Malheureusement la consommation à outrance n’offre pas un cadre de développement, une fin en soi…et c’est bien là le problème
. »

Le bureau du Territoire de Boende

Le bureau du Territoire de Boende, situé au carréfour vers l’aérodrome, la ville, le rivière Tshuapa et la route de Monkoto, vers la mission Baliko

Elle parle de manière flatteuse de la mission catholique Saint Martin (Mission Baliko) où elle a logé et où elle a goûté à la sauce des pères blancs. Lis

« Mon coéquipier et moi habitons à la mission St Martin, un peu à l’écart du village, chez des pères flamands qui, après une journée d’hésitation, ont accepté de nous héberger. Cette mission est un petit paradis dans un cadre déjà idyllique. Les pères sont au nombre de 3. Le père Joseph, un jovial sexagénaire, enchanté d’avoir de la companie. Le père Oskar, un peu plus jeune, plus froid au premier abord mais qui discrètement fait tout pour nous faciliter notre séjour. Le père Bart enfin, 32 ans et seulement quelques mois au Congo et qui vient poursuivre la mission des prêtres à Boende. Tous trois sont une source d’information incomparable sur une région qu’ils parcourent jusqu’aux villages les plus reculés depuis plus de 30ans. Ce sont d’eux –et des personnes rencontrées – que nous tenons nos informations sur le Boende d’avant 75. La mission se compose d’un grand bâtiment carré où nous logeons et qui s’ouvre sur une cour intérieure ; de deux écoles primaires et secondaires et d’un bâtiment plus petits où les sœurs viennent de s’installer. L’eau de pluie – nous sommes en zone équatoriale et il pleut pratiquement tous les jours – est recueillie dans des citernes pour la lessive ou la douche, elle est aussi filtrée pour la consommation quotidienne. Des arbres ont été plantés qui fournissent la plupart de l’alimentation. Le père Josef s’occupe également de 77 poules – qui à son grand désespoir ne pondent que deux à trois œufs par semaine . Bien sûre, certaines meurent régulièrement de causes inexpliquées, mais on ne parle pas de grippe aviaire ici.
Les repas sont somptueux, preuve qu’avec ce que l’on trouve localement et un minimum d’initiative, il est possible de se nourrir correctement. Toujours un bouillon de légume (ignames, ocras et autres) pour débuter le repas et ce malgré la chaleur accablante de la mi-journée. Puis viande (poulet bicyclette, dur à souhait, cochons en sauce – ils prolifèrent en semi-liberté dans le village, poulet à la moambe, sauce à l’huile de palme et arachide) ou poisson (principalement du poisson-chat, plein d’arêtes et vaseux), le tout accompagné de chikwenge (pain de manioc), de riz, de pondu (feuilles de manioc revenues) ou de délicieuses plantains caramélisées. De temps en temps, le dimanche, une crème dessert au chocolat ou même des gaufres pour célébrer l’arrivée du bateau (et donc de la farine…), le plus content étant le père Joseph, un gourmand impénitent, tout heureux d’avoir une excuse pour cuisiner. Et des fruits, en quantité : des methanics, sortes de litchis poilus à la chair juteuse ; des mangoustans : sous une coque rougeâtre se cache un fruit blanc légèrement acidulé…un délice ; des bananes, des ananas, pommes cithères et autres poires roses
. »

 Elle parle aussi de la débrouillardise des gens, action téléphone à 4h du matin et de Radio Bonanga

« Il ne s’agit pas là de dresser un portait fataliste, voir défaitiste mais plutôt de souligner l’indigence des gouvernements nationaux et internationaux qui ont laissé un tel marasme s’installer dans un pays au potentiel si élevé. Car en effet, à côté de ce laissez-aller, une telle créativité, un telle fantaisie co-existe. Elle s’illustre dans le nom des magasins : Disco La Bible ou boulangerie « Le pain de Bethanie » à Kisangani, les prénoms : Giscard ou Henri-quatre rencontrés au grès des listes électorales…Nous avons également remarqué un Egoutte-Marcel à la signification plus que douteuse…sans doute un échec des méthodes de contraception traditionnelles !
C’est également l’ingéniosité du loueur de téléphone qui passe dans la rue au petit matin (4h quand même…), au moment où les communications sont les moins chères en criant « Action Vodacom » ou « Action Celtel » et loue les unités de sa carte SIM pour une communication vers Kisangani, Kinshasa ou Lumumbashi. Les « Parlements debouts », ces kiosques qui vendent des photocopies des journaux, permettant ainsi la diffusion des nouvelles les plus récentes. cela dit, ils n’existent pas à Boende car les journaux n’y parviennent pas. L’exemple de Radio Bonanga est aussi édifiant. Radio Bonanga fonctionnait sans émetteur jusqu’à sa récupération par le PPRD – le parti présidentiel et l’arrivée à point nommé d’un émetteur – et par la volonté d’un seul journaliste. Soké Ilonga Guy, qui s’autoproclamait « l’homme le plus populaire de la Thsuapa » a parcouru le district à pied, pendant 10 ans et muni seulement de son mégaphone, faisant partager aux villages les plus reculés les nouvelles entendues sur les ondes nationales. Sa rémunération : la publicité. Un avion arrive, il parcourt la ville et invite les habitants à venir déposer leur fret à l’aéroport. Pareil pour le bateau : l’ONATRA le paye pour informer les villageois de l’arrivée du bateau que l’on attendait plus. Ma Bea, le restaurant local, propose une offre promotionnelle sur la Primus – la bière locale – ou les « sucrés » – les sodas – et il s’assure que tous en sont informés
. »

mamantoluke.jpg

Ce mégaphone qu’utilise maman Toluke est la « radio » de Radio Bonanga

Elle termine en parlant du délabrement de la ville

« Ce qui marque lorsque l’on arrive à Boende, c’est le sentiment d’être hors du temps, hors du monde, oublié de tous. A l’écart. J’ai l’impression de retrouver l’atmosphère du livre de Naipaul.
La ville fut jadis une bourgade prospère, bénéficiant du commerce fluvial qui apportait des denrées jusqu’aux comptoirs les plus reculés dans la jungle, comptoirs qui approvisionnaient les grandes plantations d’hévéa et d’huile de palme qui prospéraient dans la jungle. Aujourd’hui l’aéroport est une ruine, le dernier bateau en provenance de Kinshasa a mis 6 mois pour arriver au port, troupeaux et plantations ont été dévastés par l’absence de politique rationnelle et les combats successifs. La ville disposait autrefois de l’électricité et du téléphone, il ne reste désormais que les carcasses des disjoncteurs et les squelettes des poteaux. Le téléphone portable n’est arrivé que depuis un an, et encore, avec intermittence. Jadis, l’hôpital pratiquait des césariennes sur les femmes des propriétaires des plantations. Maintenant, les stocks sont vides et il faut 5 mois à la sage-femme pour s’acheter un sac de farine alors qu’avec un salaire mensuel, elle pouvait, il y a quelques années encore, s’en acheter quatre. Les maisons coloniales, surplombant la rivière Tshuapa et qui ont vu séjourner Mobutu, Giscard et consorts en villégiature, n’ont pas été entretenues depuis 40 ans. Rien n’a été construit depuis, tout s’est dégradé, comme acceptant avec résignation l’oubli par les gouvernants et la capitulation inéluctable face au retour progressif de la forêt. Il fallait jadis une journée pour faire les 600km qui séparent Boende à Ikela. Il faut désormais plus de 2 jours et demi – au mieux en moto, car les voitures ne passent plus – et encore si les bacs – de simples pirogues – sont en état de fonctionner. Bien des parties du district sont inaccessibles par tout autre moyen de transport que la marche. De toutes façons, à Boende, seule la responsable du district, la MONUC et 1 ou 2 dignitaires possèdent une voiture. Les commerçants portugais qui peuplaient l’intérieur des terres et les comptoirs ont déserté, laissant derrière eux des cohortes de métis…et leurs mères
. »

 

ecolesendifficultmkto004blog.jpg

Ecole Ikedji à Monkoto, de là aussi sortiront des Ministres, cette photo prise aujourd’hui (30 octobre 07) à Monkoto par Lidjo Bolonga nous est arrivée aujourd’hui même par la magie de l’Internet. Monkoto n’est pas aussi enclavé que l’on penserai. Il est une station du Parc National de la Salonga, site du Patrimoine Mondial où des financements multilatéraux permettent par exemple qu’il y ait l’Internet. Mais si le Parc arrivait à disparaître…

Et pourtant à Monkoto il y encore des produits forestiers non ligneux comme le copal « mbaka » qui ont fait avec le latex, la richesse de Léopold II

echantilloncopalmonkoto002blog.jpg

Chers Frères et Soeurs de la Tshuapa,

Ce blog n’a d’ambition que de faire connaître les réalités de notre futur province. Tu as un texte sur l’économie, l’histoire, les tribus, la culture ou des photos, envoies les nous à l’adresse mail suivante tshuapa.developpement@yahoo.fr

 

Présentation du District de la Tshuapa

Créé par le 30 oct 2007 | Dans : Non classé

Présentation du District de la Tshuapa

Pays: République démocratique du Congo
Province: Équateur
Future province: Tshuapa
Commissaire de district :Mme Brigitte Botete Bote’ko
Territoires (6) : Befale, Boende,Bokungu, Djolu,Ikela, Monkoto
Langue nationale: Lingala
Superficie: 132957 km²
Population estimée: 859569 hab.(2004)
Densité: 6,46 hab./km²
Le district de la Tshuapa, un des cinq districts de la Province de l’Equateur de la RDC. La population totale en 2007 est de 1.107.219 habitants, soit une densité moyenne de 8 habitants / km².
Contexte Générale et Voies de communications


L’eau et la forêt : contexte général du District

Le contexte géographique du district de la Tshuapa est caractérisé par la prédominance de paysages de forêt tropicale et par un très dense réseau de cours d’eau. Le District est baigné par le bassin de la Ruki comportant les rivières Tshuapa, Lomela, Salonga, Momboyo, Maringa, Lopori, Loile, Yenge…Le réseau des cours d’eau constitue une importante voie de communication.

La rivière Tshuapa est une voie de communication fluviale très importante puisque, affluent du fleuve Congo et navigable, elle permet de relier Mbandaka, le chef lieu de la Province et Kinshasa, la capitale. Le trafic fluvial est à la base de la majorité des échanges et de l’approvisionnement du district en produits d’origine manufacturés. Il reste cependant encore faible et très aléatoire. Ainsi, sur l’ensemble du district, les différentes localités ne sont principalement accessibles que par la voie des eaux (rivières), des airs (aéroport / aérodromes à Boende, Djolu, Bokungu, Ikela, Yalifafu et Monkoto) ou par moto, les routes (sans asphaltes) et les ponts étant sévèrement délabrés.

En haut : bateau accosté à Bokungu et en bas : piste d’aterrissage de Monkoto
 

Climat:

Le District de la Tshuapa est classé dans la zone Af de Kôppen dans laquelle la saison sèche est quasi inexistante. C’est la zone du climat équatorial. On y enrégistre toutefois une nette diminution des pluies en janvier et février.

Végétation:

Le District comprend 2 unités phytosociologiques:

  1. La forêt ombrophile sempervirente caractérisée par la diversité des essences, la densité de ses peuplements, la dimension de ses arbres et l’enchevêtrement des lianes (Boende, Befale, Djolu)

  2. La forêt édaphique liée aux sols hydromorphes (Monkoto, Ikela, Bokungu).

Forêt dense du Parc de la Salonga

Faune

La faune de la Tshuapa est variée. Plus de la moitié du Parc National de la Salonga (36.000km²) se trouve dans le District (Monkoto, Bokungu). On y compte aussi une partie de la toute récente Réserve de faune de la Lomako (Befale, Djolu).

Les forêts primaires de la Tshuapa sont le refuge d’Elephants (Loxodonta africana), du Chimpanzé Bonobo ou Chimpanzé nain (Pan paniscus), endémique dans notre pays, du Léopard (Panthera pardus), des antilopes (genre Cephalophus), des singes (genres Cercocebus et Cercopithecus); des Potamochères, des Crocodiles, de l’endémique Paon africain (Afropavo congoensis), des pythons, varans , tortues, des perroquets gris…


Léopard, Chimpanzé bonobo et Perroquet gris

Populations, Ethnies et tribus
Le District est peuplé des Mongos et des Batwas des tribus Mbole (Boende et Monkoto), Bakutu, Ekota, Milenge (Boende), Nsongo (Befale), Bengando (Djolu et Ikela), Bosaka (Bokungu), Imoma (Monkoto)…
 

La population est parmi la plus pauvre de la RDC. C’est le contexte général de la Province qui indique les chiffres les plus élevés d’après la Banque mondiale (Document DSRP).


Les infrastructures sont délabrés
Les routes et les édifices n’ont plus été entretenus depuis longtemps. Ils datent de l’époque coloniale. Ce sera l’un des plus grands défis à relever par la future province.


Résidence du Commissaire de District à Boende et Lit de l’hôpital de Djolu

Batiment TSF et Aérogare de Boende (délabrés)

Economie:

Le District compterait bien sur sa forêt. La forêt de la Tshuapa couvre 132.957 km² dont 132.807 exploitables contre 103.000 km² au District de l’Equateur et un peu plus de 50.000 km² chacun, pour les 3 autres districts (Mongala, Nord et Sud Ubangi). On y connait 22 exploitants quasi inactifs. Il y quelques 70 scieurs de long (artisanaux).

Tshuapa compterait aussi sur ses ressources minières.

D’importants gisements de diamants et d’autres matières précieuses ont été découverts dans les territoires de Bokungu et d’Ikela (district de la Tshuapa). Les gisements de diamant, d’or et de coltan existent au Sud de l’Equateur, dans les secteurs de Yalifafu (territoire de Bokungu) et les secteurs de la Tshuapa (groupements de Bondo et Samanda) territoire d’Ikela.

Il existe d’indices de pétrole à Nsamba dans les territoires de Boende et de Befale (Monpono).
Tshuapa est le berceau du Développement Durable avec ses ressources naturelles renouvelables (l’eau, la forêt, le sol fertile, la faune…)
Tshuapa compterait enfin sur ses fils et filles, dans leurs matières grises, façonnées par une culture riche, soutenues par la formation scolaire et spirituelle dispensé depuis plus d’un siècle par les églises notamment catholique et protestantes.
Ce blog est mis en ligne par l’ONG Cercle de Réflexion et dAction pour le Développement intégral du District de la Tshuapa en sigle « Tshuapa Développement« 

N.B. : Vos observations et surtout contributions de toutes sortes notamment textes et photos sont attendues.

Contact : Henri Paul ELOMA et Adrien NTAA

Avenue des Poids Lourds, Quartier BIA, Concession INSS, Appartement n° 3, Tél. (+ 243) 9999 15 490 ou (+ 243) 998 18 10 10, E-mail : tshuapa.developpement@yahoo.fr



Quelques fondateurs de l’ONG « Tshuapa Développement »

 

Bonjour tout le monde !

Créé par le 30 oct 2007 | Dans : Non classé

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres